jeudi 2 octobre 2008

Crise financière: les banques islamqiues tirent leur épingle du jeu

Dans la foulée de la crise actuelle qui se secoue le monde de la finance et dont j'ai parlé ici et ici, 2 articles ont retenues mon attention:
Vincent Beauflis
- D'abord un dans le fameux webmanagercenter ayant pour titre :"Crise financière mondiale : une solution islamique ?". En gros, l'auteur mentionne un article signé par éditorialiste français , Vincent Beaufils en l'occurrence et publié dans le magazine "Challanges" qui "est peu suspecte de dérives politiciennes à l’orientale" déclare que «En réalité, et Benoît XVI nous pardonnera, au moment où nous traversons une crise financière qui balaie tous les indices de croissance sur son passage, c'est plutôt le Coran qu'il faut relire que les textes pontificaux. Car si nos banquiers, avides de rentabilité sur fonds propres, avaient respecté un tant soit peu la charia, nous n'en serions pas là». En conslusion l'article mentionne que : «leurs banquiers (des pays du Golfe, NDLR) ne transigent pas sur un principe sacré : l'argent ne doit pas produire de l'argent. La traduction de cet engagement est simple : tout crédit doit avoir en face un actif bien identifié» - Le deuxième paru dans Bab net ayant pour titre " Augmentation notable dans l'augmentation des Profit de la Banque Ettamouil AL Tounisi Al Saudi- BEST BANK", première banque islamique en Tunisie établie depuis les années 80. L'artcile mentionne que le proft opérationnel a augmenté de 37 % par rapport à l'année dernière (5, 33 million de dollars cette année contre 3, 88 millions de dollars l'année dernière). Une performance difficile à atteindre en ces temps difficiles dans le secteur bancaire La finance islamique outre le fait qu'elle ne doit pas financer les activés illicites tel que la vente d'armes, la pornographie, la drogue..., elle ne doit pas créer de l'argent sans contrepartie réel. D'un autre côté elle repose aussi sur la notion du partage du risque. Et comme aussi je l'ai mentionnée dans un précedanst post sur le problème de 9alba dans notre pays, le montant des créances douteuses dans ces banques est nettement inférieur à la normale, peut être que cela est dû à la nature des clients qui sont plutôt porté par la piétée religieuse. Peut être que nous sommes au début d'une ère financière, le futur nous le dira!

1 commentaire:

slim a dit…

Je pense que Benoit16 serait d'accord :)

ce qu'il faut savoir, c'est que l'église interdisait aussi l'usure, comme l'islam, avant d'être réformée.

La raison principale de la réforme fut que les chrétiens, qui ne trouvaient pas ce service chez les leurs, allaient voir ailleurs, principalement chez les juifs, qui pouvaient leur prêter de l'argent. Ce qui menaçait l'"équilibre" (hiérarchie?) "économique" de la société. Une autre conséquence fut aussi la naissance de nouvelles églises moins strictes avec ce principe, et par conséquent la division. Il ne faut jamais sous estimer le pouvoir de l'argent.

Chez les musulmans, c'est les Wahabistes qui veulent exploiter cette brèche. Et ils ont raison de le faire : il y a une forte demande et c'est utile pour l'économie donc il y a plein d'argent a se faire.

Mon avis c'est que le problème est plus profond que ça. Je pense que le problème à résoudre, s'il fallait être radical, c'est celui des gens qui gagnent de l'argent sans travailler. Ceci inclut tous les "propriétaires", y compris les propriétaires de droits d'auteur par exemple.

Je pense que si on mute vers une industrie totalement orientée services, ou il n'y a pas de stock, ou quand on commande une voiture, le moment ou on commande la voiture, c'est le moment ou la voiture commence à être fabriquée dans l'usine (comme dans le célèbre spot de Microsoft). Si on a tout ça, on peut résoudre le problème de la distance entre l'argent et le travail.